Accueil / Actualites / Réunion nationale de relance du Bësup setal

Le ministre de l’Urbanisme, du Logement et de l’Hygiène publique Abdoulaye Saydou Sow, a présidé avec son collègue M. Papa Amadou Ndiaye, ministre de l'Artisanat et de la transformation du secteur informel, les représentants des ministères de la Jeunesse et de l'Éducation nationale, la réunion nationale de relance de la journée mensuelle de nettoiement dénommée « Bësup Setal », ce mardi 16 novembre à Diamniadio.

L’administration territoriale, les élus locaux et les artisans du secteur informel, ont assisté à cette réunion.

Le Bësup setal s'inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du programme zéro déchet. Les services techniques du ministère de l’Urbanisme, notamment la Direction Générale du Cadre de vie et de l’Hygiène publique (DGCVHP), l'Unité de Coordination de la Gestion des Déchets Solides (UCG) et le Projet de Promotion de la Gestion intégrée et de l’Économie des Déchets solides (PROMOGED) sont chargés d’exécuter les activités.

L’insalubrité et l’occupation anarchique de la voie publique occasionnent une détérioration du cadre de vie des populations. Le Chef de l’État a pris ce problème à bras le corps en lançant, lors de son investiture en 2019, un appel contre l'insalubrité et les encombrements des espaces publics. C’est dans cette optique qu'il avait organisé la première journée mensuelle de nettoiement le 04 janvier 2020et la deuxième édition le 1er février 2020 à Kaolack.

La pandémie à Covid 19 a malheureusement brisé cet élan et imposé la suspension de ces journées.

La relance des « Bësup setal » prévue le 04 décembre 2021, s'effectuera selon une nouvelle démarche avec l’implication des collectivités territoriales, des écoles élémentaires, des collèges, des lycées, des universités et des daaras.

La reprise des « Bësup setal » comme le veut le ministre de l’Urbanisme, permet d’amplifier les activités du programme « XËYU NDAW ÑI » et d’accentuer la mise en œuvre du PROMOGED pour redynamiser le volet Emploi et insertion socio-économique des jeunes et des femmes.

Réaliser le « Sénégal zéro déchet » nécessite un changement de comportement de tous les citoyens et l’adoption de nouvelles manières de collecte et de gestion des déchets au quotidien dans chaque foyer, quartier et ville.

Mécanisme de financement et suivi

Le financement de ce projet incombe à l'Etat du Sénégal mais nécessite toutefois l’implication des partenaires techniques et financiers. Les entreprises locales sont aussi sollicitées, dans le cadre de leur politique RSE (Responsabilité Sociétale d'Entreprise), pour participer à ces activités de nettoiement.

Un dispositif de suivi-évaluation permet de faire le monitoring et le reporting des activités sur la bases d’indicateurs bien définis.

Une pérennisation des activités et un aménagement des espaces libérés sont préconisés pour maintenir la propreté.